d'animaux ont été abattus en Belgique depuis le 1er janvier pour la consommation humaine.

Chaque année en Belgique, plus de 300 millions d'animaux sont abattus.

Ces 300 millions d’animaux abattus ne comprennent pas les animaux victimes d’abattage illégal, de la chasse ou de la pêche, ni les autres types d’animaux qui ne sont pas répertoriés par StatBel.

De même que tous les animaux tués pour nourrir les animaux d’élevage, les animaux d’élevage morts avant d’arriver à l’abattoir, ou encore les animaux victimes de la déforestation ou de la destruction des habitats dans le monde.

Ces 300 millions sont bien loin du compte.

Le carnisme, c'est quoi ?

Le carnisme est une idéologie qui vise à justifier et encourager la consommation de produits d’origine animale.

Malgré la séquestration à vie de ces êtres sensibles, les mutilations qui leur sont infligées et leur mise à mort violente. Malgré l’impact environnemental. Malgré les crises sanitaires à répétitions.

S'opposer au carnisme.

Aujourd’hui, le carnisme est l’idéologie dominante dans le monde.

Elle est maintenue en tant que telle par des croyances, religieuses ou philosophiques, et d’importants intérêts financiers.

Au détriment des animaux, des écosystèmes, et des humains eux-mêmes.

Il faut que cela change !

01.

Boycotter les produits d'origine animale

La manière dont nous consommons reflète radicalement nos valeurs. C’est pourquoi le moyen le plus direct de s’opposer au carnisme est de ne plus le financer par nos achats.

Que ce soit dans votre alimentation, vos vêtements ou votre ameublement, boycotter les produits d’origine animale est beaucoup plus facile qu’on ne le croit.

C’est aussi une bonne façon de prendre soin de vous, des animaux et de l’environnement.

Vous trouverez une multitude de ressources gratuites sur Internet (par exemple sur ce site de L214 ou le site de PETA).

02.

Soutenir les associations de défense des animaux

Le travail d’information d’associations telles que L214 ou SeaShepherd est primordial dans la lutte contre le carnisme.

Ces associations se retrouvent souvent en justice suite à leurs révélations. Elles ont besoin de moyens financiers importants pour se défendre et pouvoir continuer leur action.

Elles ont aussi constamment besoin de bénévoles sur le terrain.

03.

S'informer et partager

Le carnisme persiste en tant qu’idéologie dominante grâce, entre autres, à l’entretien d’un manque d’information au sujet de ses conséquences, mais aussi de ses alternatives.

Informez-vous auprès d’associations telles que L214, Surge, Gaia ou encore PETA.

Partagez ce que vous avez appris autour de vous afin que de plus en plus de gens prennent conscience des solutions qui existent pour une société plus juste pour les animaux.

À propos de cette page

Le but de cette page est d’attirer l’attention sur le rythme effréné auquel les animaux sont abattus en Belgique.

En se basant sur les relevés officiels d’abattage de StatBel, ce compte n’intègre que le nombre d’animaux d’élevage terrestres repris sous « animaux abattus ». Les chiffres concernant la pêche étant exprimés en tonnes plutôt qu’en nombre d’animaux, il est compliqué de les y incorporer.

Consultez-les par vous-même pour mieux vous rendre compte de leur ampleur.

Si vous avez des sources me permettant éventuellement de rendre ce compteur davantage pertinent, n’hésitez pas à m’écrire à karl@delandsheere.be !

Cette page n'a pas de cookie.

Parce que je respecte votre vie privée, mais aussi parce que je n’ai pas envie de savoir qui vient dessus, comment et d’où.

Ça n’a pas de sens de faire tourner des scripts si on s’en fout des données qu’ils collectent.